Les ordonnances collectives : pour une meilleure accessibilité aux soins médicaux

Des soins de qualité, moins coûteux et plus accessibles? C’est la voie qu’empruntent les acteurs de la santé en élaborant des ordonnances collectives, c’est-à-dire des protocoles qui confèrent un rôle élargi aux infirmières. Coup d’œil sur une pratique qui tend à prendre de l’ampleur.

Une pratique appelée à s’étendre

L’ordonnance collective prend la forme d’un document juridique élaboré par un médecin ou par une équipe médicale et approuvé par le Collège des médecins. Elle autorise les infirmières d’une clinique ou d’un établissement de santé à accomplir certains gestes médicaux ou à prodiguer certains soins qui étaient, jusqu’alors, réservés aux médecins.

Ainsi, en émettant une ordonnance collective, un médecin délègue une partie de ses tâches à l’infirmière pour mieux se concentrer sur des actions plus complexes ou qui nécessitent ses compétences particulières. Ce faisant, les infirmières ont l’occasion de jouer un rôle accru auprès de la clientèle. « C’est aussi une bonne façon d’offrir aux patients le même service à moindre coût, puisque la consultation auprès d’une infirmière est moins onéreuse que celle réalisée auprès d’un médecin. Elle permet aussi de rendre les soins plus accessibles, parce que les infirmières sont moins surchargées que les médecins », souligne Diane Laflamme, infirmière à la clinique Médicina, établie dans l’édifice Les Méandres, dans Lebourgneuf.

S’agit-il d’une nouvelle pratique? Pas vraiment. « Les ordonnances collectives existaient déjà par le passé, affirme madame Laflamme. Mais elles étaient plus rares dans les grands centres parce qu’on y trouvait généralement suffisamment de médecins pour répondre à la demande. Dans les régions éloignées, on y recourt fréquemment depuis plus longtemps puisque les ressources y sont plus rares. » Mais le contexte dans lequel évolue le système de santé du Québec – forte demande, ressources insuffisantes, délais d’attente, difficultés d’accessibilité, etc. – change la donne. Les ordonnances collectives tendent donc à se multiplier.

À chaque clinique ses ordonnances collectives

Il faut aussi savoir que les actes faisant l’objet d’ordonnances collectives sont ciblés par les médecins. Par conséquent, leur nature peut varier d’une clinique à l’autre. Par exemple, l’équipe de la clinique Médicina a mis en place deux ordonnances collectives. « Nos infirmières peuvent désormais assurer le traitement et le suivi des cystites, c’est-à-dire les infections urinaires, diagnostiquées chez les femmes, ainsi que le dépistage des infections transmissibles sexuellement (ITSS), indique madame Laflamme. Nous sommes en cours d’élaboration de diverses autres ordonnances, qui seront disponibles dès le printemps prochain. »

Ainsi, au cours des prochains mois, la clientèle de la clinique pourra plus rapidement accéder à la contraception orale ainsi qu’à la cryothérapie pour le traitement de verrues, ou encore consulter et obtenir un traitement pour une pharyngite, une sinusite, un rhume ou des douleurs dorsales. Résultat : des délais d’attente réduits, un traitement tout aussi optimal, et ce, à un coût moins élevé. « Sans compter que les infirmières de la clinique assurent le lien avec le médecin, qui demeure toujours bien au courant de l’évolution de l’état de santé de ses patients, mentionne Louise Pelletier, directrice administrative, à la clinique Médicina. Elles préparent les demandes de renouvellement de prescription, rassurent les patients sur certains symptômes qui se présentent à la suite de la prise de médication, transmettent les résultats des tests. C’est un vrai travail d’équipe. »

Par ailleurs, madame Pelletier confirme que l’éventail des soins et des services offerts par les infirmières par l’entremise des ordonnances collectives continuera d’évoluer au fil du temps. « Nous demeurons à l’affût des besoins exprimés par la clientèle. Nous mettrons en place des ordonnances collectives qui répondront aux besoins les plus fréquents de nos patients, indique-t-elle. En ce sens, le champ de problématiques couvertes par les ordonnances collectives est appelé à évoluer constamment. »

D’autres services offerts par les infirmières

Les infirmières ont la compétence nécessaire pour accomplir des actes médicaux variés. Par exemple, celles de la clinique Médicina peuvent aussi :

  • Faire des prélèvements sanguins
  • Faire passer des électrocardiogrammes au repos et en assurer le suivi
  • MAPA (monitoring ambulatoire de pression artérielle)
  • Changer des pansements, nettoyer des plaies
  • Administrer des vaccins
  • Faire de l’enseignement diabétique
  • Nettoyer les conduits des oreilles

Voilà qui permet aux patients de régler rapidement leurs petits pépins de santé sans devoir attendre plusieurs semaines avant de voir un professionnel de la santé. Qui s’en plaindrait!

– Christine Paré

 

Inscrivez-vous à l’infolettre

© 2017 - Mon Quartier. Tous droits réservés.

Une réalisation de ICONEM