Michel Bellavance de NOURCY : les projets, c’est la vie!

Rencontrer Michel Bellavance dans un café ou dans une réunion d’affaires est une rencontre conviviale, où il reste lui-même et prône la qualité des relations. Doté d’un souci ardent pour la transparence et l’honnêteté, il mène depuis toujours ses projets avec des valeurs humaines et une vision positive de l’avenir. Aujourd’hui, actionnaire unique de Nourcy, il est heureux de poursuivre une carrière d’entrepreneur en adéquation avec sa philosophie de vie et de faire le bonheur des personnes pour qui se nourrir santé est un gage de plaisir et de mieux-être.

 

Prédestiné pour l’entrepreneuriat

Né à Loretteville d’un père représentant et d’une mère travaillant dans la fonction publique, M. Bellavance a tôt senti le désir de l’entrepreneuriat. Déjà, alors qu’il étudiait à l’université en administration et en communication, il travaillait à faire prospérer une entreprise de vêtements et d’accessoires promotionnels. Ses patrons, ayant identifié chez lui des aptitudes marquées pour la vente et pour la gestion d’une entreprise, l’ont sollicité pour mener à bien l’ouverture d’une deuxième succursale à Montréal. En moins d’un an, il doublait le chiffre d’affaires du bureau de Québec.

Maître à bord, il avait tout mis en place – de l’embauche des ressources humaines aux actions marketing – afin d’assurer le fonctionnement optimal de la succursale sous sa direction. Les activités de l’entreprise allaient bon train, mais un nouveau défi se présenta à lui dans le domaine pharmaceutique. Il est donc devenu représentant, un autre succès à son actif qu’il généra pendant quatre ans.

Très près de sa famille, il n’hésita pas ensuite à intégrer Souris Mini, commerce bien connu dans le secteur des vêtements pour enfants, que sa sœur Annie et son conjoint Steve avait démarré et auquel il souhaitait prendre part. Chacun des trois associés avait des responsabilités bien distinctes et, en raison de leurs expertises respectives, l’entreprise gagna rapidement des parts de marché, ce qui découla en une croissance soutenue et, surtout, maintenue. L’odyssée commerciale était certes réjouissante et encore vivement prometteuse, mais un coup du sort fit prendre du recul à l’homme d’affaires et l’emmena ailleurs, dans une sphère qu’il n’avait jamais encore fréquentée.

Dur combat mené de front

En 2011, M. Bellavance reçut le diagnostic d’une forme de cancer du sang. Dans la jeune quarantaine, encore rempli de fougue et imaginant des projets à concrétiser, il ne baissa pas les bras et poursuivit l’œuvre entrepreneuriale qui lui seyait si bien. Même après un traitement de chimiothérapie, il ouvrait son ordinateur et répondait à ses courriels, vaquait à ses occupations professionnelles, travaillait en somme à la pérennité de Souris Mini.

Mais cette fatalité l’amena à se questionner et à se repositionner professionnellement. Au terme d’une profonde réflexion, il quitta l’entreprise sans délaisser jamais son intrinsèque passion pour l’entrepreneuriat. Une inquiétude le préoccupait toutefois : « Qu’allais-je faire? J’avais peur que les gens ne reconnaissent pas l’individu derrière le gars de Souris Mini. Mais quand mon départ a été annoncé publiquement, j’ai finalement eu plein d’opportunités! » Suivant son intuition et la certitude que le destin lui réservait encore des défis stimulants, il prit soin de sa santé, tant mentale que physique, après quoi il fut accueilli chez Benjo comme consultant en marketing, puis chez Nourcy en tant qu’actionnaire, à l’orée de 2014.

Nourcy : une occasion en or qu’il sait faire briller!

Il en connaissait peu en restauration, mais s’intéressa néanmoins à l’idée de faire partie de l’actionnariat de Nourcy, discutée avec les propriétaires de l’entreprise lors d’une partie de golf. En vérité, il était conscient que sa force résidait en sa capacité à développer une affaire, à la commercialiser et à en vendre les produits. Le nouveau concept de comptoirs café, élaboré à la base par Nicolas Nourcy pour l’emplacement de Lebourgneuf, enchanta M. Bellavance, qui s’engagea dans l’aventure. Sa disposition naturelle à voir grand représentait en outre un sérieux avantage pour la suite des choses.

Il se fit encadrer d’experts en tous domaines – du comptable au coach de vie -, reconnaissant l’importance de déléguer des tâches et de donner sa confiance. « Outre la carte de l’honnêteté, une des qualités que je suis content de posséder est celle de savoir m’entourer des meilleurs. » C’est par conséquent ce qu’il a préconisé et qui a notamment permis l’expansion de Nourcy. D’une maison mère où les opérations de traiteur étaient gérées et d’un comptoir café à Place Sainte-Foy appartenant à Mme Danielle Dussault, l’entreprise est passée à un comptoir café supplémentaire à Lebourgneuf, un autre au Centre Vidéotron, une pâtisserie-chocolaterie à Lévis, un restaurant dans l’hôtel Marriott Courtyard et un second au Village Vacances Valcartier.

La formule des comptoirs café est simple et bien pensée : les gens commandent au comptoir leur déjeuner, leur dîner ou leur souper, et dégustent leur repas sur place. Ils peuvent également rapporter à la maison ou ailleurs les mets en vitrine. Bientôt, ils auront même la possibilité d’y acheter des plats préparés sains et délicieux. En effet, le propriétaire en est à esquisser les plans d’une telle offre de produits, qui trouvera sûrement abondance d’inconditionnels.

Pour s’assurer de la qualité des produits, M. Bellavance a opté pour une cuisine centrale à partir de laquelle ils sont acheminés chaque matin aux différents points de vente. Il n’accepte aucun compromis sur la fraîcheur, ni sur l’aspect nutritif des plats, d’ailleurs. À vrai dire, ses trois mots d’ordre concernant Nourcy sont : santé, plaisir et qualité.

Les restaurants, quant à eux, portent la marque Nourcy, mais fonctionnent tout à fait différemment. Le Commissariat par Nourcy, à l’intérieur de l’hôtel Marriott Courtyard, et le Safari par Nourcy, au Village Vacances Valcartier, proposent des menus diversifiés pour convenir à tous les goûts, sans toutefois négliger la qualité des ingrédients qui les composent.

Être en charge de la restauration du fameux complexe de loisirs représentait un défi de taille. L’entreprise devait concevoir les menus de la quasi-totalité des aires d’alimentation, soit huit au total, fournir l’hôtel et les banquets, et gérer l’ensemble des opérations au quotidien. Ce tour de force a été admirablement réussi, et voilà que Nourcy signait alors une autre brillante réalisation.

En 2018, Nourcy ajoutera cinq nouveaux comptoirs café en proposant à sa clientèle des délices du moment et des repas santé à un juste prix, dont le tant attendu à l’Aéroport international Jean-Lesage. Quatre cliniques médicales du promoteur Medway seront aussi pourvues d’un comptoir café Nourcy. Sur le long terme, l’entrepreneur vise l’implantation d’une cinquantaine de succursales au Québec, rien de moins!

L’homme derrière l’entrepreneur

Avec de nombreux projets en tête, dont il garde certains encore secrets, l’homme d’affaires, manifestement enthousiaste, sera occupé au cours des prochaines années! N’empêche, il prend le temps de vivre et ne sacrifie aucune de ses trois séances d’entraînement hebdomadaires, en plus de pratiquer le golf, le ski et la randonnée en montagne. « L’entraînement a fait qu’aujourd’hui, je suis capable de me lever et de travailler après avoir peu dormi. Honnêtement, l’exercice a complètement changé ma vie! C’est une des meilleures décisions que j’ai prises. »

Ce principe d’équilibre global trouve également écho chez les membres de sa famille, qui sont actifs à leur tour et bien dans leur peau. Sa fille Sandrine, qui se dirigera en médecine, a à cœur la santé physique des gens. Son fils Mathis est un adepte de la bonne bouffe et penche, déjà à treize ans, pour une carrière dans ce domaine. De plus, il se considère très choyé de partager avec Cynthia, son amoureuse, non seulement de saines habitudes de vie, mais aussi des instants agréables d’activité physique et des joies multipliées. M. Bellavance est plus que ravi de savoir ses proches comblés et en formidable forme. Il en souhaite d’ailleurs autant à tous ceux qu’il croise ou côtoie, parents, amis, employés et partenaires d’affaires. Il s’exprime ainsi à ce sujet : « Tous les jours, je veux avoir du plaisir et je veux que les gens autour de moi en aient. Je veux qu’ils soient heureux. C’est fondamental pour moi. J’aime la vie. J’aime les gens. »

 

Texte : Julie Marie Dorval

Photos : Stéphanie de la Ronde

Inscrivez-vous à l’infolettre

© 2017 - Mon Quartier. Tous droits réservés.

Une réalisation de ICONEM