Le moment parfait

On l’a tous remarqué : depuis quelques années, la tendance est aux cocktails. Alors qu’il était autrefois une façon de masquer le goût trop fort de l’alcool, le cocktail est décidément devenu un incontournable. Ainsi, nous avons pu voir de nombreux restaurateurs se mettre à la recherche du cocktail parfait, en développant des recettes savoureuses. Des mixologues ont écrit des livres, V Télé diffuse l’émission Punch, consacrée à ce sujet… Fort heureusement – pour moi tout spécialement! – cette explosion a entraîné le retour marqué du gin, un vieux spiritueux en pleine renaissance. Il suffit d’aller à la SAQ pour le constater! En fait, je crois que cette soudaine popularité s’explique en partie par le fait que le gin se boit rarement seul, qu’il se boit le plus souvent en cocktail. Confidence : je suis personnellement un adepte d’un grand classique, le gin tonic, avec lime de préférence!

03

En général, lorsque l’on parle de la présence de produits québécois sur les tablettes de la SAQ, on parle souvent de vin, en oubliant malheureusement que le Québec fait d’excellents spiritueux. Pour remédier à la situation, et peut-être vous transmettre ma passion, je profite d’un passage dans une SAQ du coin pour vous partager trois recommandations de gins québécois dont on peut être fiers!

Il faut d’abord savoir que ce qui distingue le gin québécois des autres gins, c’est sa fabrication artisanale, en petits lots distillés au Québec, avec bien sûr différentes plantes de chez nous.

Commençons par un gin que vous connaissez sans doute – sans savoir qu’il est québécois! – le gin Ungava, qui se distingue par sa belle couleur, qui est produit par le Domaine Pinnacle et dans lequel on retrouve notamment le genévrier nordique, les baies d’églantier, les ronces petit-mûrier et la camarine noire.

Je vous propose aussi le Piger Henricus, un dry gin produit par Les Subversifs, qui nous surprend par un ingrédient inhabituel dans sa conception… le panais! La baie de genièvre, la coriandre, la racine d’angélique, l’écorce de citron et la cardamome font aussi partie de sa préparation.

Enfin, le Madison Park, un London dry gin fait par la Distillerie 1769 et composé de baies de genièvre et d’agrumes.

Une fois que vous avez trouvé votre gin parfait, savez-vous ce qui améliorera votre expérience de dégustation? Le boire dans le verre parfait! Et nous avons la chance de retrouver un incontournable dans Lebourgneuf pour l’achat de verres, la boutique Vinum Grappa, où vous pourrez vous procurer des verres de marques renommées comme Spiegelau et Riedel. Pour vous aider dans vos recherches, le grand amateur que je suis en a sélectionné trois.

D’abord, sachez que le gin tonic se boit parfaitement dans le célèbre verre highball, long et droit. Vous pouvez aussi choisir un autre classique, le verre old fashioned, plus petit celui-là, dont le fond est plus épais. Troisième possibilité : le joker, un verre ballon sur pied.

01

Finalement, pour les passionnés comme moi, pourquoi ne pas essayer le gin avec un tonic maison, c’est-à-dire un sirop aromatisé que l’on ajoute à notre eau pétillante préférée, également disponible chez Vinum Grappa. Lab et ¾ d’oz. en font d’excellents. Vous verrez toute la différence!

02

Je peux maintenant me rendre au restaurant Sésame Lebourgneuf et, confortablement installé au bar, demander à Émilie de me concocter l’un de ses délicieux gins tonics! Le voici, dans un verre old fashioned rempli de glaçons… 1 ½ oz. de gin, le jus de la moitié d’une lime, du sirop de gingembre et du tonic. Complété avec une rose de gingembre marinée pour la décoration.

Voilà le moment parfait!

– Sylvain Légaré

Inscrivez-vous à l’infolettre

© 2017 - Mon Quartier. Tous droits réservés.

Une réalisation de ICONEM