LE JEÛNE : bon ou mauvais pour la santé?

Le jeûne est-il une mode passagère ou un phénomène sérieux qui aide à perdre du poids et à prévenir des maladies comme le cancer, l’Alzheimer et le Parkinson? Points de vue.

« Les gens s’intéressent au jeûne parce qu’ils veulent prendre leur santé en main. Ce n’est pas une mode, car il existe depuis des milliers d’années », observe Pierre Graveline, naturopathe et propriétaire de la Clinique de jeûne Pierre Graveline. La majorité de ses clients ont entre 40 et 60 ans. Ils viennent en Estrie durant 10 jours afin de profiter des bienfaits du jeûne.

Dans la région de Saint-Ubalde, Nancy Gingras, propriétaire de Jeûne et Randonnée Québec, accueille en majorité des femmes soucieuses de leur santé. La semaine précédant la cure, elle leur conseille de ne pas consommer de café, de sucre, ni de produits laitiers.

Bouger ou non?

Les clients de Mme Gingras participent à des randonnées dont la longueur du trajet varie entre 6 et 10 kilomètres. « Bouger aide à transpirer, à faire circuler le sang et favorise l’élimination des toxines. »

Pour sa part, Pierre Graveline prône plutôt le repos. « La nuit, on arrête de bouger, de manger et d’être stressé mentalement. Le corps se régénère. Le jeûne, c’est un peu comme un sommeil prolongé.»

Désagréments

Le jeûne entraîne des désagréments, comme les maux de tête ou les étourdissements. Par exemple, le sevrage de café provoque des effets secondaires pendant environ une journée. Pierre Graveline mentionne d’autres inconvénients. « On est plus frileux et on dort aussi moins bien. Lorsqu’on jeûne, on puise dans nos réserves de graisse et cette opération remet en circulation dans notre corps des excitants comme la caféine. »

Les bénéfices

Les dirigeants des deux cliniques voient les bénéfices immédiats du jeûne. « Une femme introvertie est ressortie de la cure complètement radieuse. Plusieurs en retirent un grand bien-être physique et psychologique », ajoute Mme Gingras.

« Le jeûne, affirme M. Graveline, ce n’est pas une baguette magique. On ne peut pas défaire en 10 jours ce qu’on a construit en 10, 20 ou 40 ans. Il faut continuer d’adopter de saines habitudes de vie, comme bien s’alimenter et faire de l’exercice. »

Prévenir les maladies?

Le chef du laboratoire de sciences neurologiques du National Institute on Aging, Mark Mattson, a réalisé des travaux de recherche avec des souris. Il démontre que le jeûne intermittent sur l’animal prévient les maladies d’Alzheimer et de Parkinson, de même que l’AVC.

Depuis 40 ans, la clinique de Pierre Graveline et de ses parents a supervisé environ 5000 jeûnes. « C’est un outil de prévention de différentes maladies. Il aide à abaisser le niveau de stress, la congestion, l’inflammation ou l’épuisement. »

– – – – – – – – – – – – – – – – – – –

3 QUESTIONS SUR LE JEÛNE

Quels sont les bienfaits du jeûne?
Le système digestif est au repos, ce qui permet le nettoyage du corps. « Cela aide à soulager l’arthrite, toutes les maladies inflammatoires, l’asthme et les allergies », explique Nancy Gingras de Jeûne et Randonnée Québec. « Les gens en retirent de grands bénéfices, dont le bienêtre physique, mental, émotionnel et intellectuel », ajoute Pierre Graveline de la clinique du même nom.

Le jeûne fait-il maigrir?
En une semaine, on perd entre 1 et 2 livres par jour. Une saine alimentation et de l’exercice permettront de conserver le poids perdu. « Ce n’est pas une période de 10 jours qui fait des miracles. L’important, c’est de changer ses habitudes de tous les jours, 365 jours par année », précise M. Graveline.

Quelles sont les contre-indications?
La cure doit être supervisée. De plus, elle est à proscrire chez les enfants, les personnes âgées fragiles, les femmes enceintes ou celles qui allaitent.

 

Clinique de jeûne Pierre Graveline :
jeuneintegral.com
Jeûne et Randonnée Québec :
jeuneetrandonneequebec.com

 

Texte Annie Bourque

Inscrivez-vous à l’infolettre

© 2017 - Mon Quartier. Tous droits réservés.

Une réalisation de ICONEM