Des outils pour mieux comprendre la sclérose en plaques

Elle touche bien des gens. Au pays, une personne sur 340 en serait atteinte. Même si on la comprend relativement bien aujourd’hui, la sclérose en plaques se fait quand même mystérieuse : causes inexpliquées, traitement complet toujours recherché. Place à un portrait de la situation pour tenter d’éclaircir le tout.

Le système nerveux central sous attaque : comprendre la sclérose en plaques
La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui s’attaque au système nerveux central par une inflammation de la myéline. Cette inflammation provoque par la suite une détérioration de cette substance sous forme de plaques. La myéline sert d’enveloppe protectrice aux fibres nerveuses et est essentielle pour la propagation des influx nerveux. Lorsque la détérioration de la myéline devient trop importante, l’influx nerveux ne peut plus se propager le long des fibres nerveuses, qui, au fil du temps, vont s’altérer.

La cause exacte de la sclérose en plaques demeure encore inconnue, mais les chercheurs ont déjà réussi à faire des liens entre certaines prédispositions génétiques qui, mises en relation avec des facteurs environnementaux et biologiques, provoqueraient l’inflammation et la dégénérescence des nerfs. Les femmes sont plus nombreuses à être atteintes de la sclérose en plaques que les hommes.

La sclérose en plaques est une maladie qui se manifeste différemment d’une personne à l’autre. Elle se caractérise par une série de poussées et de périodes de rémission qui se font de moins en moins précises à mesure que la maladie évolue. D’une personne à l’autre, elle se présente sous l’une de ces différentes formes : le syndrome clinique isolé, la forme cyclique (poussées-rémissions), la forme progressive secondaire, la forme progressive primaire et la forme progressive récurrente.

Une bonne prise en charge des patients par des professionnels de la santé permet de diminuer leurs symptômes associés à la sclérose en plaques. Dans la plupart des cas, la sclérose en plaques n’est pas une maladie mortelle, mais l’espérance de vie des personnes atteintes est quelque peu moins élevée que celle des autres personnes.

Savoir reconnaître les symptômes les plus courants
Un diagnostic de sclérose en plaques est posé à la suite d’analyses et d’examens neurologiques assez poussés, compte tenu du grand nombre de symptômes qui y sont associés.

Il est important de savoir qu’il y a une grande diversité de symptômes liés à la sclérose en plaques. On suppose que c’est en raison de la détérioration de la myéline qui peut se produire dans toutes les régions du système nerveux central et perturber leurs fonctions respectives. C’est aussi pourquoi la maladie peut être imprévisible. La prise en charge est donc opérée différemment d’une personne à l’autre, selon la forme de la maladie et la façon dont elle se présente, les symptômes qui se manifestent ainsi que l’état de santé et le mode de vie.

Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi plusieurs autres symptômes rattachés à cette maladie : troubles de l’équilibre et étourdissements, troubles intestinaux, troubles de la locomotion, dépression, troubles sexuels, spasticité, tremblements, faiblesse et plusieurs autres.

Ces différents symptômes vont bien souvent de pair avec l’apparition de douleurs. Il faut savoir cependant que les traitements proposés ne guérissent pas la maladie, mais visent plutôt à améliorer les fonctions du corps et à diminuer la douleur.

La Société canadienne de la sclérose en plaques : une ressource indispensable pour les personnes atteintes et leurs proches
La Société canadienne de la sclérose en plaques joue un rôle important auprès des personnes atteintes et de leurs proches en leur fournissant de l’information et en les soutenant à toutes les étapes de la maladie.

Sa nécessité passe aussi par sa grande implication dans la recherche sur la maladie. Une partie des dons recueillis permet de subventionner des chercheurs qui, peut-être un jour, découvriront la cause exacte de la maladie, amélioreront les traitements déjà offerts et, ultimement, trouveront un remède à toutes les formes de sclérose en plaques.

Le site Web de l’organisation, www.scleroseenplaques.ca, est une ressource très complète pour obtenir plus d’informations à propos de la maladie, se renseigner sur les dernières percées dans le domaine, mais aussi soutenir les personnes touchées et leurs proches.

Mai : mois de la sensibilisation à la sclérose en plaques
Chaque année, pendant la fin de semaine de la fête des Mères, la Société canadienne de la sclérose en plaques tient, depuis 1975, la Campagne de l’œillet. Mai, et particulièrement la fête des Mères, sont de bons moments pour mettre en lumière la sclérose en plaques et manifester son appui aux personnes atteintes, puisqu’elle touche surtout les femmes.

Aussi, des activités sont organisées toute l’année par les sections locales de la Société canadienne de la sclérose en plaques pour recueillir des dons, sensibiliser le grand public à la maladie et, bien sûr, soutenir les personnes atteintes et leur famille.

Être mieux informé sur la sclérose en plaques et plus sensibilisé à cette maladie, c’est mieux comprendre le quotidien des personnes qui en sont atteintes et leur donner l’espoir que des médicaments plus efficaces pour ralentir la progression de la maladie seront développés et que, possiblement un jour, des traitements pourront la résorber.

Les 5 symptômes les plus courants

  • Troubles de sensibilité : Engourdissements et picotements. Ils se traduisent par une sensation étrange dans un ou plusieurs membres, qui se propage vers le tronc et s’intensifie.
  • Troubles cognitifs : Particulièrement des troubles de la mémoire. Ils sont souvent les premiers signes de l’apparition de la sclérose en plaques et touchent une grande partie (entre 40 et 70 %) des personnes atteintes.
  • Symptômes paroxystiques : Un ou plusieurs symptômes neurologiques qui apparaissent brusquement et disparaissent rapidement. Ils peuvent survenir plusieurs fois par jour, se manifester n’importe quand, varier en
    intensité et en fréquence, et être parfois accompagnés de douleur. Ces symptômes sont associés à une poussée de sclérose en plaques lorsqu’ils durent plusieurs jours.
  • Fatigue : C’est le symptôme qui touche la grande majorité des personnes atteintes de sclérose en plaques (90 %), mais c’est surtout ce qui est le plus invalidant.
  • Névrite optique : Inflammation d’un des nerfs optiques qui se traduit par une soudaine baisse de la vue dans un œil pouvant aller jusqu’à la perte temporaire de la vue ou une altération du champ de vision central. Elle peut, dans certains cas, être un premier symptôme de l’apparition de la sclérose en plaques et revenir fréquemment au cours de la maladie.

 

Texte Mélissa Plante

Inscrivez-vous à l’infolettre

© 2017 - Mon Quartier. Tous droits réservés.

Une réalisation de ICONEM