BERKO Un artiste au parcours atypique

Au départ, rien ne le destinait à une carrière de peintre. Pourtant, aujourd’hui, ses toiles sont accrochées aux murs de maisons et de bureaux dans plusieurs pays. Rencontre avec Berko, un artiste peintre autodidacte originaire de Québec, au style éclectique et réfléchi.

La peinture comme échappatoire
Tout commence en 2007 lorsque Berko reçoit un diagnostic de cancer. Alors en arrêt de travail pour suivre ses traitements de chimiothérapie, sa mère l’invite, ainsi que sa sœur, à venir peindre avec elle un après-midi, histoire qu’il puisse s’évader. C’est à ce moment qu’il prend goût à la peinture. « Au départ, c’était un remède pour me changer les idées et penser à autre chose, puis c’est rapidement devenu une passion. »

Pendant quelques années, il peint pour le plaisir et commence, en 2013, à songer à s’investir à temps plein comme artiste. C’est alors qu’il vend sa première toile. En 2015, il se consacre entièrement à la peinture, après avoir reçu un second diagnostic de cancer. « Si la maladie a apporté quelque chose de positif dans ma vie, c’est la peinture. » Sa motivation à poursuivre dans cette voie et à y consacrer toute son énergie vient du fait que la peinture rejoint ses autres centres d’intérêt que sont la musique, l’art, la cuisine et l’évènementiel : « La peinture est un peu le juste milieu de tout ça. C’est l’occasion de mettre de l’avant une passion en adéquation avec ma personnalité. La liberté, le plaisir et les défis sont les trois choses qui me motivent le plus à peindre. »

Ode à la liberté et à la créativité
Ce qui allume Berko, c’est de peindre des portraits. D’ailleurs, il tire son inspiration des icônes de la mode, de la musique, des arts et de l’entrepreneuriat. Il ne se fixe jamais de ligne directrice, il se laisse bercer par son imagination, le reflet de sa personnalité. « Je peins de façon spontanée, rapidement, sans trop mettre l’accent sur les détails. J’aime quand ça va vite, quand ça bouge! »

Il puise également dans ses souvenirs d’enfance, dans les années 1980, avec les personnages de Disney, les super-héros et les jeux vidéo vintage. Son travail créatif consiste alors à les actualiser de façon sarcastique ou
humoristique. Aussi, Berko peint des tableaux plus rétro et trash exploitant des sujets variés, dont New York, Wall Street, la folie, le succès, la peur et bien plus.

Ce qui démarque Berko, c’est qu’il est très à l’écoute des demandes spéciales de ses clients. « Je suis ouvert aux idées et j’aime avoir une approche différente, axée sur les besoins de mes clients. »

Même s’il a d’abord tiré son inspiration de Françoise Nielly pour se tourner finalement vers le travail de Voka, Berko considère que son cheminement artistique est en constante évolution. « Je n’ai pas de formation et j’aime le fait de devoir me débrouiller et d’apprendre constamment. »

Son style coloré et éclatant se caractérise notamment par le mélange des matériaux et des techniques : des spatules, des pinceaux, des feutres, de l’aérosol, des pochoirs, de l’acrylique, de l’aquarelle et même de l’eau de Javel.

Des toiles qui voyagent
Depuis ses débuts en peinture, Berko s’est fait connaître en affichant ses toiles sur son site Web et sur différents réseaux sociaux comme Facebook, Instagram et Artblr. La réponse positive à son travail ne s’est pas fait attendre et le bouche à oreille a aussi fait son œuvre. « C’est l’effet boule de neige qui s’est produit sans que je m’y attende vraiment », affirme-t-il.

Cependant, vendre ses toiles via les réseaux sociaux sans passer par les galeries d’art peut s’avérer difficile, surtout que l’offre d’œuvres d’art produites par des artistes talentueux est énorme sur le Web.

Être un artiste complètement autonome représente plusieurs grands défis tant sur le plan de la gestion des
livraisons que sur ceux des commandes et de la production. Berko réussit quand même à vendre plusieurs toiles et à les faire voyager. C’est pourquoi il songe à diffuser son travail dans les galeries d’art au cours des prochaines années afin de se consacrer uniquement à la production. « J’ai vendu des toiles un peu partout dans le monde sans trop savoir comment les clients sont parvenus à me trouver. L’information voyage tellement rapidement!

La force des réseaux sociaux est surprenante et l’information reste accessible en tout temps, même à l’autre bout du monde. Je suis toujours étonné de savoir qui sont mes clients et d’où ils viennent. J’ai vendu des toiles dans
plusieurs pays et chaque fois je suis heureux de voir que mon travail peut voyager autant grâce à la force des
réseaux sociaux. »

Avec des toiles d’une telle qualité, colorées et poignantes, ce n’est pas surprenant que le travail de Berko, un artiste bien de chez nous, se retrouve un peu partout sur la planète.

berkoart.com

 

Texte Mélissa Plante

 

Inscrivez-vous à l’infolettre

© 2017 - Mon Quartier. Tous droits réservés.

Une réalisation de ICONEM